Modifications récentes

ZOTERO : outil de création de références bibliographiques numériques

Traductions de l'article :

En Bref

Intervenant(s) :Alexandre MONNIN
Type d'événement :Conférence
Niveau :Confirmé
Date :Vendredi 4 juillet 2008
Horaire :11h00
Durée :45 minutes
Langue :Français
Lieu :CDDP

Logiciel libre créé fin 2006 au sein du Center for History and New Media de la George Mason university, Zotero est un module pour Firefox 2.0, Netscape Navigator 9.0 et Flock 0.9.1 (compatible avec Windows, Mac et Linux), destiné à la gestion et à l’archivage de documents glanés sur le Web en vue de la création de références bibliographiques, qu’il s’agisse de vidéos, d’images, de pages HTML classiques voire de documents PDF. Contrairement aux services de "social-bookmarking" classiques, popularisés grâce à des sites aujourd’hui bien connus des utilisateurs tels Connotea ou CiteULike, à la différence également des gestionnaires de références bibliographiques traditionnels, en ligne, type Refworks, ou locaux, comme EndNote, Zotero opère à la croisée des chemins pour permettre à ses utilisateurs à la fois de conserver une copie des items récupérés en ligne, tout en proposant une panoplie très riche d’outils permettant de les annoter ou de les indexer (à l’aide de tags) localement.

Outre des fonctionnalités avancées, c’est fort de ses nombreux partenariats que Zotero se distingue d’outils similaires. L’appui de nombreuses institutions et acteurs majeurs du Web dont il bénéficie, tels Flickr (pour les photos), Youtube (pour les vidéos), Google Scholar (pour les articles scientifiques), Google Books (pour les ouvrages numérisés), mais aussi les catalogues en ligne de nombreuses bibliothèques, facilite considérablement la saisie des métadonnées mises à disposition par ces sites, autorisant une capture complète et quasi-automatique de très nombreuses références bibliographiques, le tout dans une perspective de type "hypermedia" épousant à la perfection les évolutions contemporaines du Web.

Sa mise à disposition gratuite sous licence Educational Community License assure de surcroît à ce logiciel une évolutivité et une plasticité propres à répondre aux demandes spécifiques de personnalisation des institutions ayant fait le choix de l’adopter, ce que démontrent, jour après jour, les initiatives en provenance de la communauté de ses usagers (de nombreux plugins viennent ainsi régulièrement compléter et enrichir le travail des programmeurs). Qui plus est, ce dynamisme ne concerne pas uniquement les développeurs tiers. S’il fut initialement conçu dans une perspective ouvertement individuelle, centrée autour de la constitution de bibliothèques intégrant des documents sauvegardés sur le Web, les prochaines versions devraient quant à elles marquer une évolution significative, destinée à favoriser le partage et la coopération entre chercheurs de tous horizons, comme en atteste le partenariat récemment annoncé avec Internet Archive.

Enfin, cette évidence : si le plagiat se développe aujourd’hui du fait de la pratique intensive, parce que devenue quasi naturelle, du copier-coller, c’est en grande partie en l’absence d’outils efficaces, gratuits et libres permettant de prendre la mesure, par une gestion claire et précise, de l’explosion tant quantitative que qualitative des types de documents et de références aujourd’hui disponibles sur la toile (billets de blogs, enregistrements vidéos, cours audios podcastés, etc.). Il s’agit là, sans doute, d’une évidence, mais rappelons tout de même qu’il est nettement plus aisé de plagier que de citer quand les outils destinés à cette fin font défaut, voire, tout simplement, ne sont pas portés à la connaissance du public, des élèves et des étudiants.